Rappel: la loi anti-bizutages votée en 1998 à l'initiative de Ségolène Royal avec l'appui de SOS Bizutage n'est en fait appliquée que si la société civile (= nous, étudiants, parents, associations etc.) veille au grain.
2e rappel: le bizutage ne se limite pas à quelques gags un peu embarrassants mais anodins. Il va souvent beaucoup plus loin, année après année, le harcèlement peut être sans limite, le sadisme de certains se donne libre cours, facilité par l'alcool qui coule à flots, sans oublier les pulsions sexistes.
Curieusement, d'ailleurs, les mouvements féministes oublient de dénoncer ces comportements sexistes et même les agressions sexuelles auxquels les bizutages peuvent donner lieu. Pourquoi ?
Bref, nous le disons depuis des années, il faudra refuser de participer aux "week-ends d'intégration", tenue de camouflage des bizutages interdits par la loi. Ne pas hésiter à nous contacter.
Le conseil vaut pour tous les jeunes, avec une mention spéciale pour les filles - pas besoin de vous faire un dessin.