D'autant que le harcèlement sexuel, officiellement interdit ailleurs, est quasiment toujours toléré dans les "week-ends d'intégration".
Alors oui, c'est quelquefois difficile de résister aux pressions et de dire: "NON, je refuse de venir".
Mais moins dur que ce que les bizuteurs alcoolisés réussiront ensuite à vous faire accepter.
Et rappelez-vous: les bizutages sont filmés. La honte et l'humiliation ne cessent pas une fois le bizutage terminé.

Nous contacter par sos.usagers@gmail.com en cas de doute.