Le patron de la fac avait réagi fermement, à la différence de bien d'autres chefs d'établissement qui cherchent à passer sous silence des bizutages pourtant interdits par la loi. Trois mois de prison avec sursis requis par le procureur. Une autre affaire de bizutage au lycée Faidherbe de Lille conduit sept élèves au tribunal. HUIT MOIS AVEC SURSIS POUR LES BIZUTEURS DE DAUPHINE, plus que ce que demandait le procureur, avec inscription au casier judiciaire. La dissuasion est en marche!

Lire la suite