Il est plus que temps de SURVEILLER plus efficacement les écoles, notamment les cours de récréation, et de punir sévèrement les agresseurs. On ne peut pas tolérer des agressions comme celle qui a eu lieu dans un collège et dont une petite fille a été victime. On ne peut pas tolérer que beaucoup d'enfants aient la peur au ventre chaque matin avant de partir pour l'école. L'école, ce n'est pas la jungle.
Et on doit se poser la question de la responsabilité des directions d'établissement qui ne prennent pas dans certains cas ces actes de brutalité assez au sérieux et cherchent surtout à minimiser la gravité de la situation.