Deux phénomènes se superposent: la violence scolaire, qui a toujours existé - je me suis moi-même fait casser un bras à l'âge de 10 ans par une bande d'élèves en cour de récréation au lycée Hoche à Versailles - et la contagion du bizutage. "Puisque les grands bizutent les nouveaux dans les écoles après le bac, pourquoi on ne bizuterait pas les nouveaux élèves, ceux qui arrivent en 6e?", disent les élèves plus âgés.

Lire la suite