1) Depuis des années, ce sont les filles qui sont les premières victimes du bizutage. La nouvelle loi contre le harcèlement sexuel sera-t-elle efficace, au moins pour prévenir les formes moins graves de ce "ciblage" des filles dans les bizutages?

2) Nous intervenons auprès de l'école concernée, des ministères et des médias à chaque fois qu'on nous signale un document suspect, ou quand la famille n'a pas de garantie que l'"accueil" ne tournera pas au bizutage sadique et dangereux.

3) Des "observatrices", ou des "modératrices" des bizutages se sont fait connaître auprès de SOS Bizutage. Pour les "modératrices", qui proposent d'accompagner les cérémonies d'accueil, il ne s'agit pas d'empêcher toute forme d'"initiation" qui resterait dans des limites "tolérables" (définition?), mais de protéger les éventuelles victimes contre les abus.

4) "Zoom" sur Montpellier et ses 65 000 étudiants, sans oublier que des centres de loisirs du Languedoc-Roussillon vont accueillir des 'wei" organisés par des étudiants d'autres régions de France. Voir notre article du 24/9/2010 sur ce qui s'est passé à Canet-en-Roussillon (66).
Nous avons sollicité l'aide de Madame la Maire de Montpellier lundi 6 août.

Contact téléphonique le 10 septembre.
5) SOS Bizutage rappelle que la meilleure et seule prévention sûre à 100% des dérives du bizutage consiste à dire aux organisateurs: "c'est gentil d'avoir pensé à m'inviter, mais, NON, je ne viendrai pas".