Il y a les bizuteurs, et aussi les responsables d'établissement scolaire, ou les chefs d'unité militaire, qui n'ont pas réagi, qui ont donc cautionné ces sévices par leur inaction - dans les cas où ils étaient au courant, bien sûr.