Si le bizutage persiste, c'est bien que les responsables des unités de pompiers au plus haut niveau ont manqué de vigilance. Nous interrogerons les nouveaux ministres sans délai. Sur ce qui se passe chez les pompiers, mais aussi sur les éventuels bizutages qui ont peut-être lieu ailleurs, sans omettre les écoles les plus prestigieuses comme Polytechnique.
L'avocat de la victime a lancé un appel à tous ceux qui s'étaient tus jusqu'à présent. Finie, l'"omerta", ou plus exactement ce mutisme dans lequel s'enferment trop souvent ceux et celles qui ont subi des bizutages. C'est en tout cas ce que nous souhaitons, je l'ai dit sur LCI.