Jouent un rôle le BDE, ou Kès, et aussi la Khômiss, association dont les adhérents gardent l'anonymat, à l'exception du président, le "GénéK". Un article de publicité non payée dans le bulletin des anciens de l'X, la Jaune et la Rouge, en date de février 2012, donne des précisions sur la tradition: "la Khômiss coorganise avec la Kès le cryptage (ou bahutage) conformément à son rôle historique. Celui-ci est inspiré du cryptage tel qu'il existait à Carva, mais ne dure qu'une semaine et impose donc un rythme effréné". Au fait, il y a combien de femmes à la Khômiss?

Lire la suite