On aura le temps de faire le tour du sujet. Les victimes, et même les "pro-bizutage", pourront sans aucun doute s'exprimer.