Nous appelons depuis des années les étudiants, notamment les filles, à BOYCOTTER LES WEEK-ENDS D'INTEGRATION. Les faits nous donnent hélas raison.
Les "chartes" et autres chiffons de papier signés par les assocaitions d'étudiants et autres BDE NE VALENT RIEN. Et le ministère se contente de circulaires comme si elles avaient le moindre effet.
J'avais pourtant mis en garde le Cabinet de Valérie Pécresse contre le laxisme face à l'alcoolisation massive et quasi-systématique de ces pseudo rituels d'intégration.
Les responsables, si l'on ose ainsi s'exprimer, de l'organisation de ces "wei", et les chefs d'établissement qui les tolèrent, devront être mis en cause, si bien entendu les accusations de viol sont vérifiées.