Sous le titre "des bizutages aux semaines d'intégration", le quotidien Paris Normandie (qui publie une interview de Jean-Claude Delarue, voir la colonne de droite de notre site, "derniers communiqués") donne la parole à Boris Chaumette, représentant de l'UNEF à l'ESITPA, école d'ingénieurs en agriculture basée à Mont-Saint-Aignan: les intégrations sont "moins trash qu'avant, mais il y coule encore beaucoup d'alcool...j'ai refusé de faire tout ce que je trouvais dégradant, comme se rouler dans la boue ou embrasser une tête de cochon. A l'UNEF, on est contre toutes les pratiques humiliantes".

Lire la suite