La loi Ségolène Royal prévoit jusqu'à 6 mois de prison et 7500 euros d'amende pour les auteur(e)s de bizutages. Alors, c'est vrai, la prison sera sans doute réservée aux cas les plus graves.
Mais les victimes ne doivent pas hésiter à cette occasion à réclamer des dommages et intérêts. Prendre un avocat (dont les honoraires peuvent être pris en charge par une "protection juridique", celle de l'assurance multi-risques habitation ou d'une carte bancaire, lire le contrat), consulter des médecins pour les séquelles physiques et psychologiques. On en reparlera.