Des jeunes qui se disposent à entrer pour la première fois dans l'enseignement supérieur commencent à recevoir des "programmes de rentrée" dont certains, comme à chaque rentrée, annoncent des activités dites d'"intégration". Si c'est votre cas, ou celui de votre fils, ou encore plus de votre fille - les étudiantes sont la cible prioritaire des bizutages - méfiance!
Si les organisateurs et les organisatrices refusent de préciser l'endroit exact où le "wei" aura lieu, c'est évidemment qu'ils ont quelque chose à cacher. BOYCOTT IMPERATIF!
Ne pensez pas non plus que, si vous y allez et que ça se passe mal, vous pourrez à tous les coups appeler au secours. Il n'est pas rare que les bizuteurs et les bizuteuses confisquent purement et simplement les téléphones portables!
Donc, puisque les bizutages ont en grande partie disparu grâce à la loi Ségolène Royal, et à notre action, ne soyez pas parmi les derniers et les dernières à vous faire avoir!
Refusez purement et simplement de participer à ces "wei" et "soirées d'intégration". Selon votre tempérament et en fonction de l'insistance de ceux qui veulent vous "inviter", répondez-leur: "non, merci, c'est gentil d'avoir pensé à moi, mais ça ne m'intéresse pas", ou "va te faire (...)". Au choix.
Et n'hésitez surtout pas à nous contacter dés avant la rentrée, ou dès qu'on vous sollicite. Nous contacterons immédiatement l'école, et si ça ne suffit pas, les médias et la ministre, Valérie Pécresse. Elle sait ce que c'est qu'un bizutage, elle a révélé l'an dernier qu'elle avait elle-même subi un bizutage sévère dans un lycée privé de classes de prépa.