Cette année, nous lui demandons plusieurs choses:
1) rappeler fermement l'interdiction des bizutages.
2) mettre en garde les organisateurs de soirées et de "wei" (week-ends d'intégration) contre toute tentative de profiter de l'occasion pour bizuter les nouveaux, et surtout les nouvelles. Nous l'avons dit et répété sur ce site: le bizutage est trop souvent devenu la forme tolérée du harcèlement sexuel. Et ensuite, les vidéos circulent sur Internet.
3) faire interdire totalement la présence d'alcool dans ces soirées ou "wei". Veiller à ce que les "alcooliers "ne puissent JAMAIS financer, directement ou non, ces "wei".
4) informer les organisateurs et l'école que ces "wei" ne doivent jamais avoir lieu dans un endroit dont l'adresse est cachée. Ils doivent toujours permettre l'entrée à n'importe quel moment de personnes extérieures, journalistes par exemple. Les gendarmes et les élus locaux n'ont pas besoin de permission pour vérifier ce qui se passe sur le territoire de la commune.
Nous proposons à Valérie Pécresse, qui est candidate à la tête de la région Ile de France en mars prochain, d'être la ministre qui aura définitivement tordu le cou à la pratique du bizutage en France.