Comme par hasard, le bizutage sévit surtout dans les écoles qui forment nos futurs cadres: ingénieurs, businessmen - n'oublions pas les businesswomen, nous en reparlerons - professions médicales. Alors qu'il a pratiquement disparu, du moins en France, dans la formation des enseignants, des psychologues, des juristes etc.
A se demander d'ailleurs si le bizutage ne remplit pas une fonction précise dans un certain nombre de professions: apprendre aux bizuts à respecter aveuglément les supérieurs et à dominer les inférieurs.
D'ailleurs, quand j'ai demandé dans les années 90 à traiter le sujet de cette forme de délinquance que représente le bizutage dans un rapport au Conseil économique et social - dont j'étais membre - qui a tenté de s'y opposer? Le président des organisations de médecins...
Le harcèlement moral au travail est, en partie, l'un des effets pervers (c'est le mot qui convient!) du bizutage. Nous développerons ce thème au cours des prochains mois.