Extraits de l'article de Mathieu Pagura: "Vincent (le prénom a été modifié), 22 ans, en en cinquième année à la faculté de médecine vétérinaire de Liège, a fait l'amère expérience de ce qu'on appelle outre-Quiévrain, un "baptême": "On est humilié pendant trois semaines, nous explique-t-il. On nous force à boire des litres de bière jusqu'à vomir dans des seaux, que l'on doit ensuite vider sans pouvoir se laver. J'ai préféré arrêter dès les premiers jours. Résultat, j'ai été mis à l'écart pendant le reste de mes études". Ceux qui continuent doivent souvent plonger leur tête, à genoux, dans un seau rempli de sang de boeuf, et ils sont souvent victimes de comas éthyliques. "L'école ferme les yeux. C'est comme une secte, dans laquelle les professeurs et les assistants sont aussi des anciens "baptisés", poursuit-il. On a du mal à accéder à des informations importantes pour nos études ou à avoir un stage", raconte Vincent. Sous couvert d'anonymat, un membre du secrétariat des étudiants évoque "un aspect folklorique qui crée de la camraderie". Aujourd'hui, la faculté de médecine vétérinaire de Liège n'a pas l'intention de changer cette "tradition"."Ce n'est pas à l'ordre du jour", conclut-elle."