Quelques jours auparavant, les présidents d'un syndicat étudiant de gauche, l'UNEF, et d'un syndicat de droite, l'UNI, répondaient à la question suivante: "N'y a-t-il pas une certaine hypocrisie à dénoncer la pratique de l'alcoolisme chez les jeunes et faire sponsoriser les soirées étudiantes par de grands alcooliers?" Réponse de J.-B. Prévost, président de l'UNEF:

"Nous, on dit non aux open bars et à ceux qui les organisent. Il y a certaines soirées organisées par des associations corporatives qui, outre leur usage immodéré d'alcool, ont des pratiques proches du bizutage".
Et celle de R. Martial, président de l'UNI:
"Il y a clairement des soirées organisées dans certaines fêtes, notamment celles organisées par les facultés de médecine et de pharmacie, qui vont jusqu'à organiser des concours de ceux qui boivent le plus..." Il modère toutefois son propos:
"On ne va quand même pas interdire les soirées sponsorisées par des alcooliers".
Ah bon?