Le recteur de cette Université a annoncé l'ouverture d'une enquête à la suite d'un bizutage dont les auteurs n'ont pas respecté les engagements pris, ce qui n'étonnera personne. Humiliations, utilisation d'excréments d'animaux...Le président de l'association des étudiants ressort les arguments habituels: c'est une tradition, aucun étudiant n'a porté plainte, d'ailleurs ils sont tous volontaires etc.
SOS Bizutage espère que l'affaire sera portée devant la justice et que, si les faits sont avérés, des sanctions graves seront prises contre les responsables et ces bizutages totalement interdits.