Notre correspondante à Morez, Jacqueline Bobillier, qui se fait l'interprète des doléances des habitants de la place où se situe le bar Le Gaulois, haut lieu des libations auxquelles se livrent des étudiants du lycée, a rencontré vendredi 26/9 le maire, M. Salino.
Sensible aux protestations de ses administrés, le maire a fait en sorte que la "soirée d'intégration" prévue jeudi 2 octobre soit "encadrée par la gendarmerie" pour éviter les débordements. Aux grands maux, les grands remèdes. Le cortège d'intégration, parti de l'extérieur, aboutira au bar Le Gaulois, et devra impérativement se terminer à 23h. La présence vigilante des gendarmes permettra de limiter les nuisances pour les riverains, et les dégâts sur la place, et bien sûr aussi d'éviter que la "soirée" tourne au bizutage.
Si tous les week-ends d'intégration étaient eux aussi "encadrés par la gendarmerie", les "intégrants" (nouveau nom pour "bizuteurs") ne pourraient plus martyriser les "intégrés" et la loi Ségolène Royal serait enfin appliquée à 100% sur tout le territoire de la République. Mais avons-nous assez de gendarmes? That is the question.