Pour la première fois, un tribunal pénal portugais a condamné cette année à des peines d'amendes (de 640 à 1600 euros) sept bizuteurs et bizuteuses qui avaient fait subir des traitements dégradants et humiliants à une jeune étudiante, Ana Santos, en 2002. On l'avait notamment recouverte de déjections animales. Les faits concernent l'ESAS, Escola Superior Agraria de Santarem. La décision a été accueillie avec satisfaction par la victime et par une association "anti-praxe" ("praxe"=bizutage), le MATA, Movimento Anti-Tradicao Academica et suivie de très près par le député de gauche Jose Soeiro, chargé par l'Assemblée Nationale portugaise d'un rapport sur ces pratiques universitaires qui, à la différence d'autres pays, ont en général un caractère obligatoire.
Tous saluent le courage avec lequel cette jeune étudiante a fait face aux groupes et institutions qui sont les auteurs ou les complices des "praxe".

Lire la suite