SOS Bizutage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 25 août 2008

Boycotter les bizutages en 2008, en France comme à l'étranger, ne pas hésiter à porter plainte, les bizuteurs paieront cher!

Il faut frapper fort: cette année, nous voulons aider les jeunes à ERADIQUER LE BIZUTAGE. D'abord en leur montrant ce qu'ils ou elles risquent de subir, il faut aussi leur prouver aussi que les vidéos de bizutages se retrouvent immanquablement sur le Net (voir notre rubrique "des images éloquentes"), inciter ceux et celles qui ont été victimes à porter plainte, comme au Portugal (voir notre rubrique "Portugal: une étudiante fait condamner ses bizuteurs"), aux Etats-Unis ou aux Philippines. Se rappeler que les étudiants d'Erasmus peuvent aussi se défendre, même s'ils sont loin de leur pays.

Lire la suite

La chasse aux bizuteurs est ouverte en Inde

Face aux violences perpétrées contre des premières années dans les universités indiennes, notamment contre les jeunes des castes inférieures, des lois ont été votées et, à New-Delhi, des patrouilles anti-"ragging" (bizutage) font la chasse aux bizuteurs, dont la couardise et la lâcheté apparaissent en plein jour.

Lire la suite

samedi 9 août 2008

On ne dit plus "bizutage", mais "wei", "ontgroening", mais "kmt"...

En néerlandais, ça se dit "eufemisme", cette pratique qui consiste à changer l'étiquette sans forcément changer le contenu de la bouteille.

Lire la suite

dimanche 3 août 2008

www.ontgroening.com , le bizutage va commencer aux Pays-Bas

Si on comprend le néerlandais, ou si on a des amis qui ont cette chance, on peut consulter un site qui dénonce les excès des bizutages aux Pays-Bas, connus sous l'appellation "ontgroening". Le 26 août 2013, notre ami Mokum signale(voir son commentaire) que l'université de Leyde supprime le bizutage-"ontgroening".

Lire la suite

samedi 2 août 2008

PORTUGAL: une étudiante fait condamner ses bizuteurs. Un exemple à suivre.

Pour la première fois, un tribunal pénal portugais a condamné cette année à des peines d'amendes (de 640 à 1600 euros) sept bizuteurs et bizuteuses qui avaient fait subir des traitements dégradants et humiliants à une jeune étudiante, Ana Santos, en 2002. On l'avait notamment recouverte de déjections animales. Les faits concernent l'ESAS, Escola Superior Agraria de Santarem. La décision a été accueillie avec satisfaction par la victime et par une association "anti-praxe" ("praxe"=bizutage), le MATA, Movimento Anti-Tradicao Academica et suivie de très près par le député de gauche Jose Soeiro, chargé par l'Assemblée Nationale portugaise d'un rapport sur ces pratiques universitaires qui, à la différence d'autres pays, ont en général un caractère obligatoire.
Tous saluent le courage avec lequel cette jeune étudiante a fait face aux groupes et institutions qui sont les auteurs ou les complices des "praxe".

Lire la suite